Skip to main content

Notre histoire

Comme dans le cas de plusieurs lopins de terre au Québec, nous sommes les heureux propriétaires d’une terre agricole de 4,5 hectares en quête de sens. Depuis 2012, nous tentons de satisfaire une clientèle de plus en plus nombreuse et désireuse de manger biologique et de s’inscrire dans le large mouvement qui prône le développement durable et le respect de la nature.

Notre projet a survécu grâce à une clientèle de plus en plus présente mais également grâce à tous les jeunes qui sont passés par ici soit en louant des parcelles ou en aidant bénévolement aux tâches exigeantes de l’agriculture biologique. Des centaines de woofers venus des 4 coins du monde ont contribué à la réussite de notre agriculture, conciliant voyage et mission… toujours pour cette même quête de sens, liée à l’action.

Après deux années de partenariat avec Matthieu Brisset du JARDIN DU HARICOT MAGIQUE, notre fils Mikael reprend seul le flambeau, aidé de sa conjointe Marianne, des employés énergiques, et de nos chers bénévoles unis et fiers de contribuer à l’immense action citoyenne pour la sauvegarde de notre planète.


Mikael Tessier

mikaelArtiste troubadour dans l’âme et globe-trotter dans le sang, Mikael a travaillé plus de 10 ans comme planteur d’arbres dans l’Ouest canadien. L’hiver, il s’est occupé de l’hôtel familial construit en 2005 au Guatemala.

C’est sa passion de bien manger qui a fait que Mikael s’est investi de la responsabilité du restaurant à l’hôtel. C’est toujours cette même passion de bien manger qui a décidé Mikael à prendre la direction des Jardins de Marie-Bio, avec sa vision d’en faire une affaire prospère et locale par l’implantation du Kiosque à la ferme.

Mikael aime le contact avec la clientèle et son énergie communicative fait de lui un bon patron pour ses employés et un bon ambassadeur de l’alimentation bio pour notre clientèle.


Francis Tessier

francisÉlevé sur la terre familiale à Saint-Damase, Francis grandit en pensant devenir agriculteur. Son frère Guy est reconnu dans le milieu agricole pour son entreprise de serres, initiée par leur père et à laquelle toute la famille avait collaboré. Durant les premières années de sa vie d’adulte, Francis travaille comme technicien chimiste à la Raffinerie de sucre du Québec. Parallèlement, à l’âge de 20 ans, son père lui lègue la responsabilité de la terre familiale en plus du rucher de 100 ruches qu’ils avaient mis sur pied quelques années auparavant. Mais la grande culture qu’il produit à l’époque ne l’interesse pas vraiment. En 1980, son rucher est anéanti par des arrosages aériens d’insecticides sur le maïs. La betterave à sucre qu’il cultivait n’a plus sa raison d’être, étant donné la fermeture de la raffinerie par le gouvernement en place. Depuis 25 ans, Francis gagne sa vie comme menuisier et dessinateur pour les différents projets et décors d’émissions de télévision.

Le projet LES JARDINS DE MARIE-BIO est pour lui comme un retour aux sources.


Louise-Marie Beauchamp

louise-marieMême si Louise-Marie ne vient pas du milieu agricole, sa vie avec la famille de Francis Tessier l’a initiée à ce milieu. Musicienne de formation mais entrepreneur de nature, Louise-Marie a initié plusieurs grands projets dont un passage dans l’immobilier avec la construction d’un hôtel au Guatemala (mikasohotel.com). Elle a fondé le Chœur de La Montagne dans la région de Beloeil–Saint-Hilaire, mais c’est comme concepteur visuel qu’elle gagne sa vie depuis plus de 25 ans. Les décors de : Nouvelle adresse, Au secours de Béatrice, Unité 9, 30 Vies, Trauma, Mirador 3, Le Gentleman, Laura Cadieux, René Lévesque, Tag, etc., sont quelques-unes des émissions dont elle signe la conception visuelle.

Mais c’est la levée des eaux du lac Atitlán sur les rives desquelles l’Hôtel Mikaso est érigé qui l’a touchée personnellement et sensibilisée à l’importance des changements climatiques et à la cause environnementale.

Les Jardins de Marie-Bio sont pour elle une modeste empreinte personnelle dans l’immense engagement collectif pour travailler à sauver nos terres et à éduquer les consciences.